Scourge Bringer, ou l’art de se faire défoncer

C’est en traînant sur Twitter (le compte de Critikale sera bientôt actualisé) que j’ai remarqué un tweet de nos amis de Motion Twin, ô divins créateurs de Dead Cells et ayant ainsi ma considération éternelle. Ce tweet indiquait un certain amour pour Scourge Bringer de Fly Oak Games, petit jeu en pixel-art qui se pointait tranquillement en bêta sur Steam. Là, je me suis dit « ouais c’est cool, ça doit être sympa si Motion Twin en parle ». Mais plus tard je me suis lancé en le téléchargeant sur Steam alors qu’il est encore est bêta (ce qui m’arrive souvent vous le verrez).

La pilosité faciale de nos amis est quelque chose de particulièrement vivace dans ce jeu. Un écran que vous verrez très souvent si vous mourez autant de fois que moi. Les débuts sont en effets complexes et l’amélioration du personnage principale est primordiale. Le principe même de ce style de jeu.
L’arbre de compétence, clair, efficace comme j’aime. J’ai actuellement 1 point de compétence (en bas à droite) et il m’en faut dorénavant 2 pour améliorer quoi que ce soit. L’arbre est complété à 17 % pour le moment. Les compétences actives le sont bien sûr pour toutes vos nouvelles parties (et deviennent ainsi passives pas comme le pénible mais pourtant excellent Enter The Gungeon).
Troisième ou quatrième fois mort à cause du boss du premier niveau. Les mouvements de celui-ci ne sont pas complexes à apprendre mais il faut être en forme lorsqu’on le rencontre, ce qui m’arrive hélas rarement pour l’instant. 8 minutes seulement pour cette partie…
Mon seul reproche actuel est la jouabilité pour le flingue. Les mouvements du personnage sont excellents et tout est ultra jouable mais le tir n’est pas génial, il faut orienter le stick directement dans la bonne direction pour lancer une balle. Ce qui est efficace pour tous les jeux de ce genre ne l’est pas ici car j’aurai préféré un tir orienté PUIS tiré. Cela reste jouable.
Les éternels magasins où tout est trop cher. Venir ici après avoir fait le vide dans tous les salles est plus intelligent même si le pognon (sang) reste bien bas. Ceci est aussi a améliorer par la suite. À voir.

Évidemment Scourge Bringer fera reparler de lui sur Critikale, je débute seulement. Il sera lancé de temps en temps entre des « gros jeux ». Même si ce genre du titre fait parti de mes préférences de joueur. Pour l’instant, le titre de Fly Oak Games est en bêta 1.11 et il est déjà franchement bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *