Résumé de l’année 2007

Les « Grands Articles » étaient des résumés de l’année écoulée. Vu que je suis dans l’incapacité de remettre en ligne les archives de Critikale (2005 à 2018), je balance ça ici. Les commentaires sont fermés sur ces articles.

31 décembre, une date ou tous les pustuleux et leur grognasse en string boivent, vomissent et pètent en cœur. Une date où les bourgeois bourrent leurs dindes de caviar et de homard sans penser à ceux qui graillent des cafards au mitard.

Une date comme une autre en somme. Critikale termine l’année 2007 sur une note positive, j’ai moins mal au crâne qu’à l’accoutumée. Un an de billets plus au moins bien écrits, un an de tuiles, de bonheur aussi, un an d’une vie qui passe à cent kilomètres à l’heure et toujours sans enfant. Un an entre deux chattes (Bouillou et Bubulle), un an d’un travail où le respect est absent. Un an de cons aussi, car des cons, il y en a eu. Des gros, des qui puent, des glands qui schlinguent, des enfants obèses, des connards qui frappent leur môme, des pétasses qui savent autant conduire que moi jouer au poker, des merdeux qui s’enflamment et qui tombent, en sang. Une belle année tout de même malgré la tuile du 3 août. Un appareil photo perdu, un cadeau perso auquel je tenais beaucoup. Même si je reste dans l’amateurisme photographique, j’aime prendre des photos, j’aime immortaliser les moments. Et quelques fois, je suis même fier de moi.

Alors que réserve cette année 2008 ? Critikale va grandir très vite car j’ai de grands projets. La page Quelques Nuages va grandir elle aussi en proposant petit-à-petit de jolies choses, toutes nouvelles, toutes neuves. J’espère pouvoir m’acheter le Samsung GX-10 pour ouvrir une nouvelle page de mon blog (mes chattes) et bien sûr, mon photoblog.

Rendez-vous le 2 janvier pour l’ouverture définitive de Critikale (toutes les pages linkées et mises à jour selon la nouvelle charte graphique) et pour une année exceptionnelle.

Critique 2020 : oui, j’avais des grands projets, comme toujours, avortés ou mes couilles n’ont pas été suffisamment grosses. Sur ma pierre tombale, on notera :

« Ci-git l’autre con, le chauve aux grands projets »