Résumé de l’année 2016

Les « Grands Articles » étaient des résumés de l’année écoulée. Vu que je suis dans l’incapacité de remettre en ligne les archives de Critikale (2005 à 2018), je balance ça ici. Les commentaires sont fermés sur ces articles.

Mes résolutions sont là, bonnes ou mauvaises mais je les garde pour moi cette année. Ci-dessous, voici ce qui s’est passé dans cette drôle d’année 2016, drôle a ici un sens tout particulier.

En janvier 2016 je souhaitais le tout premier du mois une heureuse année à toutes et à tous. Pas cette fois-ci. Comme pour Noël, aucun article sur Critikale. J’ai envoyé les quelques textos à des gens sélectionnés, évité d’emmerder certain(e)s et oublier sûrement d’autres. Bonne année quand même. Le même jour, j’y allais de mes préparatifs de février. Je voulais de la couleur pour Critikale (chose relativement rare, mon site virant au noir le plus souvent en fin d’année). J’ai enfin trouvé ce qui « me perturbe les neurones » comme indiqué en janvier 2016. Maintenant, c’est à moi de faire face et de casser mes habitudes. Ça promet. En janvier toujours, le 3 exactement, je commençais une nouvelle partie de Minecraft (un jeu qui me détend et qui me plait , rien à foutre de l’avis général beuglant que ceci ou cela est gamin), j’adore simplement. Je voulais réaliser une partie « d’un an », et mettre des captures au fil du temps. Échec total car pour le moment je n’arrive pas à garder une carte plus de deux mois. Et avec l’arrivée de Stardew Valley, je ne touche plus à Minecraft. Comprenne qui pourra. Le 24 janvier, je postais vite-fait (…) un article sur une des tuiles de 2016 (ça commençait fort), à savoir le décès de la boite de vitesse de ma voiture. Ma très chère Polo de 1999. Je prenais aussi quelques photos car j’allais souvent chez ma petite mère à pied. C’est ainsi que le mois de janvier s’achevait.

En février, je découvrais l’un de mes jeux préférés de 2016 (et dans mon top 10 actuel), à savoir Unravel. 20 € intelligemment dépensés pour un jeu fantastique. J’ai posté énormément de captures en février pour ce jeu, que je relancerais ce même mois de l’année 2017. Histoire de trouver tous les secrets. Le 14 février, jour de la St Valentin n’est-ce pas… je finissais justement l’excellent Unravel et me mettais un peu à l’extension de Dying Light (une de mes surprises aussi de 2016). Plus qu’une mise à jour, The Following allait tournait longtemps dans ma Xbox One, mais pas si longtemps que ça quand même… Pendant tout ce mois ludique de février, je jouais à Dying Light The Following et surtout, j’essayais la beta de The Division (un de mes grands jeux de 2016 qui reste une bonne année niveau jeux-vidéo).

En mars, j’achetais The Division pour ne pas le lâcher jusqu’aux mises à jour merdiques de fin d’année. J’espère un plus grand avenir en 2017 pour ce jeu ou une annonce fracassante. Un nombre incalculable de captures d’écran restent figées sur mars 2016 et prouve que The Division est une très belle surprise malgré tout. Le 25 mars 2016, je mettais une question existentielle sur Critikale, pour les ascenseurs. Une question dont moi seul est le secret. Je m’en pose au moins 2 chaque jour. Que je mettrais sur Critikale plus souvent en 2017. Je finissais le mois par The Division, évidemment et entrais dans la Dark Zone le 28 mars.

Le mois d’avril ne comporte que 2 articles (le 1er et le 3). Cauchemars sur cauchemars pour ce mois-ci où je pensais ne pas le finir d’ailleurs… Le dessin visible sur ce mois-là est ridicule quand je le regarde de nouveau. Un dessin qui représentais ce que j’avais vu dans un de mes cauchemars. C’est logiquement que le mois de mai n’est pas en ligne car identique au mois d’avril 2016. Pas de news car ça n’allait pas du tout. Pourtant, j’avais un grand espoir pour mon petit cœur de pierre. Devenu totalement scellé depuis 2013 mais qui essaiera de s’ouvrir en 2017. Je vais faire des efforts, il est peut-être temps après tout… Ce n’est que le 19 juin que je fais une réapparition sur Critikale ! Même cette année-là j’ai zappé mon propre anniversaire. Cette année, celui de mes 40 ans ne sera pas zappé et croyez-moi, restez à l’écoute… TOUT sera dit. J’optais pour un nouveau Critikale, ou plutôt des mises à jour plus régulières histoire de contrer mon moral des derniers mois. Ce fut relativement réussi même si c’était plus irrégulier que je ne l’aurai souhaité.

Juillet 2016 marque le retour de The Division, j’expliquais les mois passés par une phrase simple mais plus profonde que ça « un peu de malheur, beaucoup de bonheur mine de rien ». Le 12 juillet 2016, j’annonçais une perte de puissance pour The Division qui s’étranglais lui-même dans son concept pourtant tellement parfait pour un jeu de ce type. Je retouchais le 13 du même mois le logo de Critikale pour une version bien différente de l’actuelle. L’actuelle risque de durer longtemps d’ailleurs. J’aime beaucoup pour une fois… J’annonçais aussi la future ouverture du site « À l’arme blanche » mais ce fut là encore un échec car je n’ai pas réussi à y consacrer du temps. Bientôt peut-être mais j’en doute. Le 22 juillet, j’apprenais que Condemned (lui aussi dans mon top 10), était rétro-compatible sur Xbox One. Belle nouvelle. Le 22 toujours, je mettais en ligne la source de ma mort intérieur (sic). Une seule phrase qui résume à elle seule le pourquoi du comment je ne veux pas être heureux « cette lettre, je la garderai toute ma vie, car elle me rappelle combien j’ai été mauvais« . Et je le pense encore mais il est temps de me pardonner, la personne que j’étais avant est morte. Je ne veux plus que ma tristesse me joue des tours, je ne veux plus que des éléments extérieurs comme le travail m’empêche de vivre, d’aimer. Et d’être aimé. J’indiquais que j’avais lu cette lettre 500 fois, je suis bien loin de ce chiffre maintenant mais je ne l’ai pas lu hier, pas mal… Le 24 juillet 2016, je m’essayais à Pokemon GO. Un jeu rigolo mais parfaitement inutile. Hélas, le concept était top. Le 28, je testais la version beta de NHL 17, drôle de chose pour un jeu de sport. NHL 17 ne fut pas partie de ma ludothèque. Je ne joue plus aux jeux de hockey hélas car aucun n’arrive à la cheville des épisodes Megadrive/Super Nintendo. Le 31 juillet, mes vacances étaient finies, je reprenais le boulot.

Août 2016 commençait sur les chapeaux de roue, avec un « j’ai appris que j’étais un con. Un con qui s’ignore, un con naïf« . Encore une bien belle phrase merdique que vous n’aurez plus sur Critikale en 2017. Croyez-moi… Le 12 août 2016, ça parlait de jeu de société (j’ai d’ailleurs commandé Blood Bowl récemment en français), de mots et de néant. Le 19, je commençais à chroniquer certains jeux Android ayant enfin un smartphone sympa (exit Windows Phone hélas, meilleur système mobile mais comme toujours par Microsoft, délaissé au possible). Les petites chroniques Android étaient sympas mais je n’ai pas trouvé de temps pour continuer. Le 20 août, je mettais mon ordi fixe dans ma salle pour jouer plus souvent à Steam et éviter la console. Mais ce fut encore et encore un échec (j’avais déjà tenté le coup). Je ne joue quasiment plus sur PC. Uniquement sur Xbox One et smartphone (S7). Mon passage sur PS4 ne fut pas glorieux. Peut-être avec Horizon Zero Dawn mais bof, je verrai. J’y allais encore de mon article foireux le 21 août, à lire… Je testais une autre démo le 27 août, à savoir PES 2017, qui ne fut pas acheté contrairement à un FIFA 17 (joué 1 mois et oublié quand même). Le 30 août je recevais d’Amazon, deux livres (trois mais le 3e est tellement mauvais que bon…). J’avais acheté le Coran et la Bible histoire de comprendre certaines choses. J’ai compris…

Septembre 2016 marquait le retour des chroniques Android mais furent arrêtées peut de temps après, dommage d’iront certains et ils ont raison. Je mettais aussi un article sur les sorties du mois sur console, un article lui aussi apprécié que je vais renouvellé dans quelques jours. J’essayais le 13 septembre, les démos de FIFA 17 et Forza Horizon 3. Sympas mais oubliés. Le 25, ayant ras le bol du lecteur Blu-Ray de ma Xbox One (impossible de regarder le nouveau Star Wars qu’on m’avait prêté), j’ai décidé de faire marcher ma garantie Remboursement de Boulanger. J’ai donc rendu ma Xbox One et acheté une Xbox One S et une PS4. Je mettais justement la galette de Uncharted 4 (prêté lui aussi) sur PS4 le 30 septembre. Moyen moins. Trop dirigiste. Magnifique bien sûr, jouable, profond mais putain, qu’est-ce qu’on s’emmerde. Uncharted 2 reste un de mes meilleurs souvenirs. Le même jour ou presque, je jouais à la démo de Dragon Quest Builders. Super titre mais introuvable en magasin. Ce qui m’a refroidi pour son achat, et d’autres choses bien sûr.

Le mois d’octobre 2016 commence bien sûr par l’article regroupant les sorties du mois (qui sera renouvellé ce mois-ci je le répète). J’essayais aussi le 6 octobre le très désagréable ReCore. Une bouse. Gears of War 4 faisait ses premiers pas deux jours après, le 8 octobre. Super jeu mais je n’y retourne plus, même pour le mode Horde. Aucun ami proche de le possède. Ou ne joue pas en mode Horde, contrairement aux belles années Gears of War 2. Le 14 octobre marquait le retour de Zombicide, fantastique jeu de plateau une nouvelle fois abandonnée maintenant. Et ce n’est pas la sortie en novembre 2016 d’un certain Blood Bowl qui va le faire revenir. Comme pour chaque mois ou presque, le 23, j’écrivais encore un article à la con… Le 24 octobre, je jouais pour la première fois à Witcher 3, lui aussi abandonné depuis mais quel bon jeu ! Pas assez de temps ni de concentration. Le 2 novembre 2016 fait une nouvelle fois apparaître les jeux du mois. Sympa comme article donc.

L’Allemagne était là pour le mois de novembre 2016 avec une sortie au lac de Titisee et à la Forêt Noire. Superbe balade, hélas très pénible à cause de problème divers et surtout de santé. Et de stress, surtout de stress. Déjà le 6 novembre, article de merde sur les archives de Critikale. et le 25 novembre, rebelotte ! Une fin d’année triste. Le 29 novembre, je continuais The Division mais n’étais hélas plus dans le trip.

La fin d’année avec ce bon vieux mois de décembre  marquait surtout l’arrivée de Stardew Valley acheté 14.99 €. Un jeu sompteux qui tourne depuis 75 heures dans ma console. Cela peut paraître beaucoup mais ça changera aussi en 2017. Il faut bien que je me concentre sur quelqu’un un jour, et aussi un peu sur moi. Le 16 décembre, peu d’articles donc, je lançais la démo de Resident Evil 7, une belle surprise, et le jeu gratuit sur le Xbox LIVE : Outlast, premier du nom. L’intégralité de décembre est surtout fait de Stardew Valley et de silence.


Critique 2020 : Rien à dire encore, des jeux, des tuiles, des regrets. Rien de bien intéressant pour n’importe quel lecteur, même pour mes proches. Peut-être quand tout ceci servira de souvenir(s).