Juste un espoir (2/4)

Juste un espoir (2/4)

4 textes seront déposés sur Critikale jusqu’au 6 mai 2020. Deux textes sont connus car déjà mis en ligne il y a quelque temps en 2019. Les deux derniers seront, nouveaux. Tout est calculé de longue date.

JUSTE UN ESPOIR – TEXTE 2

Seul sur mon canapé où un creux se forme tristement d’un seul côté, je regarde la fenêtre de cette petite pièce grise. Il est facile de se lever, ne rien penser, la tête vide et l’espoir volatile, et de courir sur le balcon au sol artificiel puis de tomber, telle une pierre devenue mortelle.

Sur sur ce trottoir à l’allure d’entonnoir qui mène au désespoir de toute une vie, je regarde ces voitures qui passent tout à côté, aux vitesses diverses et aux visages variés. Il est facile de bifurquer en mettant un pied de côté puis une belle enjambée et de se retrouver écrasé telle une feuille devenue orpheline.

Seul sur ce lit, qui a connu des rivières étincelantes provenant d’un duo de nuages troublés, je regarde ce plafond blanc et ces murs ravagés par des fissures prétendues artificielles. Il est facile de s’étendre, et de placer son cou atour de cette anneau qui délivrera enfin toute la puissance d’une nouvelle destinée, à se balancer comme une marionnette vide.

Seul. C’est le mot du jour. Non par le cœur, non par l’esprit, non par l’âme et par envie. Mais juste seul pour mourir de vie.

Suite mercredi 29 avril 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *