Premier avis sur Snowrunner et anecdotes

Premier avis sur Snowrunner et anecdotes

Alors, il donne quoi ce Snowrunner après une grosse poignée d’heures de jeu jusqu’à tôt ce matin, merveilleux jour de repos. Très simple, il surpasse Mudrunner même avec ses mêmes défauts. Graphiquement propre et réaliste, bien plus fin que Mudrunner avec des effets particulièrement soignés. Jouabilité identique avec d’étranges comportements quelques fois lorsque les véhicules entre en contact avec des objets et certains décors. Son correct bien que je n’ai pas l’excellence pour définir si un son d’un moteur de camion est meilleur sur ce jeu qu’un autre. J’ai retiré les musiques en jeu comme à mon habitude alors je n’en parlerai pas. Il est cependant sympa d’entendre une petite musique lorsque vous approchez d’une station-service ou d’un village dans certains bâtiments. La durée de vie a l’air colossale car il y a 3 cartes « Monde » divisées en 3 ou 4 grandes cartes « Région ». Par exemple, le Michigan, première carte du jeu, est divisé en 4 cartes (j’en ai débloqué deux, celle de base bien sûr et une autre hier que j’ai juste effleuré : le Barrage de Smithville, carte noire (aucune tour de guet active) présentée ci-dessous).

Deuxième carte du Michigan, le Barrage de Smithville n’a pas encore dévoilé toutes des secrets… Le garage où vous arrivez grâce au tunnel de la précédente carte est situé au nord-est.

HÉRO DU JOUR

Vous ne le savez pas, enfin je ne sais plus on s’en fout, mais j’avais précommandé la version Premium de Snowrunner. Ce qui est d’ailleurs paradoxal avec l’article mis en ligne hier soir mais cela (ce comportement délirant) sera expliqué dans le 4e et dernier texte le 6 mai. Qu’importe, l’idée reste la même. J’ai donc les 4 phases attendues pour cette version Premium ainsi que le Navistar 5000-MV, camion ô combien salvateur. Héro du jour car si je n’avais pas eu ce camion j’aurai eu bien plus de difficultés à terminer certaines missions et tâches suivies.

Le Navistar 5000-MV est en train, comme à son habitude, de tracter un GMC MH9500 embourbé bêtement (par une erreur de conduite de ma part). Cela n’a l’air de rien sur cette capture mais certaines routes, anodines, sont vicieuses.
Le GMC MH9500 est un camion « qui fait le job ». Il peut quand même se révéler efficace en terrain difficile mais non boueux, il s’embourbe très facilement. Il est plutôt polyvalent pour porter des charges (béton, briques, bois, métal…) grâce à sa remorque intégrée.
Sur la carte, lors d’une simple exploration, je n’avais pas compris l’ampleur de la tâche pour traverser cette route. Je m’étais dit « un peu d’eau OK mais ça va aller ». Voir seconde capture…
En fait, c’était une tâche à effectuer ! Le pont devait être construit ici (avec du bois) et il était inutile d’espérer passer par la rivière.
C’est encore le Navistar 5000-MV qui est venu à ma rescousse (dommage que je ne joue pas à deux ça serait plus simple de gérer les camions). J’ai apporté du bois (il y a de nombreuses remorques à trouver sur les cartes mais là je suis allé en chercher avec une remorque que j’ai acquis récemment).
La Chevrolet CK 1500, est un véhicule dit de « reconnaissance » que vous avez de base dans le jeu. Vous trouverez ensuite sur la carte l’excellente Scout 800 (ci-dessous).
La Scout 800 est un excellent véhicule de reconnaissance. Correctement puissant, maniable, il peut aller un peu partout et son optimisation promet d’accroître bien plus ses performances.
Lors de ma reconnaissance avec la Chevrolet CK 1500, j’ai pu voir (si si regardez bien) un camion totalement embourbé ou seule la cabine dépassait.
Bêtement, vu que j’étais là, j’ai voulu tracter la bête mais forcément, le rapport de poids était largement en ma défaveur. Alors, qu’ai-je ? J’ai appelé le héro !
J’ai apporté mon chouchou actuel, le Navistar 5000-MV pour remettre sur terrain ferme ce camion totalement embourbé (avec aussi 100 % de dégâts et en panne d’essence). Hélas, petit souci je trouve contrairement me semble t -il à Mudrunner, il a suffit de téléporter automatiquement ce véhicule dans mon garage pour qu’il soit réparé avec le plein, sans pour autant le remorquer par nos propres moyens, dommage pour le réalisme.
Mes vraies emmerdes ont commencé ici. Alors que j’avais tracé mon parcours pour aller livrer des planches de béton dans une usine. Je démarre du côté gauche sur la carte ci-dessus, et je dois aller tout à droite (tracé en bleu). Inutile de dire que je n’ai pas pris le bon camion…
Le Fleetstar F2070A que vous voyez en haut et en rouge sur la capture ci-dessus est un camion pénible qui ne peut pas faire grand chose sur les routes accidentées et quasi rien sur route boueuse. J’ai été obligé de prendre celui-ci car je voulais lui donner une chance. Même si ce modèle est très jouable et plus maniable que certains camions grâce à son angle de braquage excellent et à sa relative légèreté, il ne peut pas porter du béton… Pour l’anecdote, c’est le véhicule qui est en panne à côté de votre garage au début du jeu. Là encore, erreur de Snowrunner et peu réaliste, vous n’avez qu’à le tracter au garage (à 3 mètres) pour qu’il puisse y entrer et être intégralement réparé (coque et plein d’essence).
J’ai donc perdu mes planches de béton, elles sont tombées de la remorque alors que, c’est sûr, j’avais fait une erreur de jugement, encore une. Ne croyez pas tous les sites Internet qui prétendent que Snowrunner ne comporte pas de chargement de grue comme Mudrunner, de chargement manuel. Il suffit d’en être équipé… Encore une fois, alors qu’il avait livré une citerne lourde à l’usine à l’Est, le Navistar 5000-MV fut le camion salvateur…
Premiers moments lamentables pour prendre correctement cette charge plutôt lourde.
Plus qu’à accrocher tout ça pour la sécurité et hop, c’est reparti…
Notre ami Fleetstar F2070A peut repartir livré les poutres de bétons à l’usine non loin d’ici. Nouveau repos mérité pour le Navistar 5000-MV.
C’est en regardant sur la carte que j’ai remarqué une remorque abandonnée pour valable pour les véhicules « Scout » (de reconnaissance). Ni une ni deux me voilà bravant les chemins boueux de la première carte du Michigan (Black River) pour aller chercher ma trouvaille. Mais…
Je suis lamentablement tombé en panne d’essence peu de temps après n’ayant pas de station-service dans le coin depuis un certain temps. Là encore, le Navistar 5000-MV qui passait par là (en allant livrer sa citerne lourde de carburant) a aidé un autre véhicule pour faire son plein d’essence. Impossible ici de rapatrier le Scout 800 au garage en abandonnant sa remorque car le garage était bien trop loin et j’avais laissé le Navistar 5000-MV à distance moyenne de tous mes autres véhicules.
Après m’être salué moi-même (…), je suis parti livré les briques à l’usine (toujours la même), sacrée mission !
Autre problème !! Deux sur cette capture ci-dessus. Le pneu enfoncé dans la roche (comme indiqué précédemment, Snowrunner n’excelle pas dans certaines collisions avec le décor) et surtout, ma chute stupide deux secondes après… C’est en allant faire une petite mission débile (pousser des tonneaux) que je suis tombé.
Comme une merde…
Encore lui ! Quelques kilomètres plus tard, et après avoir livrer ma citerne, sauver l’autre gland (moi-même donc) en panne d’essence, le Navistar 5000-MV a tracté le Chevrolet pour le remettre dans le droit chemin.
Non sans mal d’ailleurs mais j’y suis arrivé sans treuil, en lui rentrant dedans… Impossible d’attacher le treuil où je voulais sur le Chevrolet. Il ne se remettait donc pas sur ces roues.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Certainement des nouvelles cette semaine de Street of Rage 4, accessible avec le Game Pass dès aujourd’hui et de quelques autres. Je posterai, comme indiqué hier, moins de captures de Snowrunner et de Subnautica car les articles vont se faire rares sur Critikale avec le dernier texte le 6 mai 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *